« Le sel de tous les oublis », dernier roman de Yasmina Khadra

« Le sel de tous les oublis », dernier roman de Yasmina Khadra

ans son dernier roman « Le sel de tous les oublis », paru récemment, l’écrivain Yasmina Khadra invite son lecteur à un voyage salvateur, à la rencontre de l’humain, pour panser les blessures de l’âme et du coeur et se reconstruire en surmontant les épreuves de la vie.

Ce roman de 287 pages publié en Algérie aux éditions Casbah est disponible en librairie à partir de ce jeudi 20 août 2020. »Le sel de tous les oublis » relate un pan de la vie de Adem Naït-Gacem, instituteur sans histoires dans un village de la région de Blida en 1963 dont l’univers tout entier s’écroule le jour où son épouse décide de le quitter. Abandonnant sa maison et ses élèves, il se retirer de la société, limite ses contacts avec les gens et tente de changer de vie en prenant la route sans but précis.

Antihéros mélancolique n’arrivant pas à trouver une explication au départ de son épouse, Adem commence par noyer son chagrin dans l’alcool en écumant les bars de Blida et adopte très vite ce mode de vie « vagabond « malgré la multitude de mains tendues qu’il rencontre un peu partout et qu’il refuse par fierté.

Il se retrouve à l’asile psychiatrique, blessé et en attente d’une expertise de son état mental, et y rencontre Laïd amnésique et triste de ne pas avoir d’histoire. Adem prend conscience que les « spectres déboussolés » qui avaient cessé de s’interroger et tournaient en rond lui renvoyaient le « vrai visage du monde et celui d’une humanité imparfaite, injuste et cruelle ».

A sa sortie de l’hôpital l’instituteur, qui refuse toujours de dévoiler son histoire même à ses médecins, découvre un élan de générosité et d’hospitalité spontané chez des gens qu’il rencontre par hasard, un épicier dans un hameau perdu qui lui offre le gîte et le couvert, un charretier qui propose de le transporter là où le hasard en décide, ou encore Mika vivant reclus dans la forêt qui devient son ange gardien par la force des choses.

Ce voyage qui mène Adem dans les forêts et maquis le confronte également aux conséquences encore fraîches de la guerre de libération et aux drames personnels de ceux qui lui viennent en aide malgré son refus obstiné.


Ce roman où le temps et les lieux sont à peine perceptibles se focalise sur les relations humaines spontanées même les plus malveillantes.

Né en 1955 à Kenadsa, Yasmina Khadra, Mohamed Moulessehoul de son vrai nom, a publié ses premiers recueils de nouvelles , »Amen » et « Houria » en 1984. Il est d’abord connu pour sa trilogie sur les années de violence terroriste en Algérie composée des romans « Morituri » (1997), « Les agneaux du seigneur » (1998) et « A quoi rêvent les loups » (1999).   

Il est l’auteur d’une trentaine de romans, traduits pour la plupart dans de nombreuses langues, dont « Ce que le jour doit à la nuit » (2008), « L’Olympe des infortunes » (2010), « Les anges meurent de nos blessures » (2013), ou encore « L’outrage fait à Sarah Ikker  » (2019).Certaines de ses œuvres ont été portées à l’écran comme « Morituri », « L’attentat » et « Ce que le jour doit à la nuit » alors que « Les hirondelles de Kaboul »  a été adapté en film d’animation.

Tags:

advert

No comments yet.

Leave a Reply

L’Algérienne Zineb Ghout à la tête de Renault Portugal

L’Algérienne Zineb Ghout à la tête de Renault Portugal

L’Algérienne Zineb Ghout, ancienne directrice marketing Renault Algérie, a été nommée directeur général Renault au Portugal depuis le 1er septembre […]

« La nouvelle Algérie au défi de se transformer », un livre de Fouad Kemache

« La nouvelle Algérie au défi de se transformer », un livre de Fouad Kemache

Quel chemin pour la nouvelle Algérie ?… Depuis le 22 février 2019, le pays a vécu au rythme du hirak. Autrement […]

Inline