Ouverture à Alger de la « Afac Film Week 2018 »

Ouverture à Alger de la « Afac Film Week 2018 »

La 8e édition de la « Afac Film Week 2018 », un programme de projections d’une dizaine de films en provenance de six pays arabes a été inaugurée samedi à Alger par la fiction « 3000 nuits » de la réalisatrice palestinienne Mai Masri.

Organisée par l’Office national pour la culture et l’information (Onci) en partenariat avec l’association « Cunivers » cette programmation qui se tient à la salle Atlas réuni des films soutenus par le Fonds arabe pour les arts et la culture (Afac).

D’une durée de 103mn cette première fiction de la réalisatrice, sortie en 2015 relate l’histoire d’Iman, jeune institutrice palestinienne incarcérée dans une prison israélienne de haute sécurité où elle purgera injustement une peine de 3000 nuits de détention.

Accusée à tort et emprisonnée, l’institutrice récemment mariée, donnera naissance à son premier enfant derrière les barreaux et reflète à elle seule toute l’injustice de l’occupation et la vie carcérale sous ce régime.

Egalement projeté lors de cette première journée, le court métrage de fiction « L’échappée » coréalisé par l’Algérien Hamid Saidji le Français Jonathan Mason a été présenté au public pour la première fois depuis sa sortie en 2016.

En 22 mn, ce film revient sur la vie de Hocine chauffeur de taxi algérois, photographe amateur qui fait des portraits gracieusement pour s’exercer tout en nourrissant le rêve de traverser la méditerranée et vivre en Italie.


Caméra embarquée dans le taxi, le film suit au quotidien Hocine, campé par le photographe Said Ait Ali Said, qui écoute de la musique italienne et des cours de langue dans sa voiture pour préparer son départ et sa future carrière de photographe.

Le cinéma tunisien sera également présent à cette manifestation par des oeuvres comme « Et Roméo épousa Juliette » de Imed Merzouk et  « Le Challat de Tunis » de Attia Habib au même titre que le cinéma palestinien représenté par « A Drowing Man » de Mahdi Flefel.

Les films « Amal’s Garden » de l’Irakienne Nadia Chiheb, ainsi que « Headbang Lullaby » du Marocain Hicham Lasri sont également annoncés à l’affiche de la salle Atlas tout comme le documentaire « Atlal » de Djamel Kerkar.

la « Afac Film Week » est une rencontre cinématographique annuelle et itinérante qui se tient chaque année dans une ville des pays arabe afin de promouvoir les dernières productions de la région. La manifestation se poursuit jusqu’au 10 septembre à la salle Atlas.

APS

advert

No comments yet.

Leave a Reply

Lancement à Paris d’un certificat international de maîtrise de la langue arabe

Lancement à Paris d’un certificat international de maîtrise de la langue arabe

PARIS- L’Institut du monde arabe (IMA) a lancé lundi à Paris un Certificat international de maîtrise en arabe (CIMA) évaluant […]

L’écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n’est plus

L’écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n’est plus

L’écrivain et dramaturge algérien Aziz Chouaki, auteur d’une trentaine de romans, recueils de poésie et de pièces de théâtre, s’est […]

Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran

Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran

ALGER – Tassili Airlines (TAL) rouvrira sa ligne internationale Strasbourg-Oran-Strasbourg, à partir du 4 juillet 2019, a annoncé mardi cette […]

L’Algérie invitée d’honneur du 60e Salon international du livre de Québec

L’Algérie invitée d’honneur du 60e Salon international du livre de Québec

 Des écrivains algériens prennent part au 60e Salon international du livre de Québec qui a ouvert ses portes mercredi avec […]

Afrique: un plan pour doper les investissements dans le capital humain

Afrique: un plan pour doper les investissements dans le capital humain

WASHINGTON – La Banque mondiale a dévoilé jeudi à Washington un nouveau plan pour aider les pays africains à renforcer […]

La chute d’un président : l’héroïsme d’un peuple debout et uni

La chute d’un président : l’héroïsme d’un peuple debout et uni

On croyait avoir vu et assisté à l’avant première d’un film. On se trompait, car le film est réel et […]

Inline