Rencontre avec Lydia Nourya, styliste algérienne qui lance sa propre marque : De’L CASBAH

Rencontre  avec Lydia Nourya, styliste algérienne qui lance sa propre marque : De’L CASBAH

 

Qui êtes-vous ? D’où venez-vous et que faites-vous ? D’après votre profil vous étudiez le stylisme à Barcelone…

Je suis une jeune styliste Franco-Algérienne. Je suis née à Tizi-Ouzou et j’ai grandi en France, tout d’abord à Rouen et ensuite à Montpellier. Il est vrai que sur mon profil il est mentionné que j’ai étudié le stylisme à Barcelone, par contre, j’ai une autre formation au préalable, dans le management et le commerce international. Même si la mode a toujours été ma passion, je n’ai pas suivi cette voie en premier. Il m’a fallu un master en management d’école de commerce, de nombreuses expériences professionnelles dans ce même domaine à l’étranger (Espagne, Londres pendant 1 an et New York pendant 3 ans) et une passion dévorante pour ce métier pour avoir pu changer. J’ai donc décidé de suivre ma passion en étudiant à Barcelone; le design de mode, ce qui s’est soldé par une expérience dans le domaine en Haute-couture à Amsterdam. J’ai toujours eu comme optique de mettre en œuvre mes propres projets et créer ma propre marque de vêtement. Pendant tout ce temps je mettais donc en place De’L CASBAH.

Où puisez-vous votre inspiration ? Comment et où produisez-vous vos créations ? Comment peut-on se les procurer ?

L’inspiration je la puise dans tout ce qui me passionne, mes origines, notre patrimoine ainsi que toutes mes expériences à l’étranger. Pour ce qui est des passions elles sont assez vastes et très diverses. Cela va de la littérature, poésie et philosophie orientale à l’art urbain et musique underground, la mode restant aussi l’une de mes principale passion (je parle plus du processus créatif de mode que la mode en tant que tel). Pour l’origine, et bien Kabyle, mélangé à une atmosphère et un point d’attache Algérois. Tous les pays dans lesquels j’ai vécu sont également d’une grande influence. Pour le moment je fais tout toute seule et si vous voulez vous procurer une de mes pièces, c’est simple, vous pouvez me contacter via le site internet ou via Facebook.

Je vous ai découvert sur la page d’Omar Siakhene, vous connaissez le musicien El 3ou ?

Je ne connais pas personnellement El 3ou, mais je connais son univers musical (ou disons que je m’y retrouve) car c’est justement ce qui m’a poussé à le contacter pour faire cette petite collaboration. J’ai vraiment apprécié travailler avec lui car je pense que nous partageons la même vision (celle d’une volonté de puiser dans notre patrimoine afin de le moderniser, de le réinterpréter, mais avec deux modes d’expressions différents). Sa disponibilité, son professionnalisme et surtout sa capacité à comprendre et interpréter l’idée ont tout juste été irréprochables.

https://www.facebook.com/delcasbah/videos/vb.1605959976370418/1609324859367263/?type=2&theater

Said Labidi

Tags: ,

advert

No comments yet.

Leave a Reply

L’étude sur la Kalaa des Béni Hammad à M’sila dans sa dernière phase

L’étude sur la Kalaa des Béni Hammad à M’sila dans sa dernière phase

Le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi a fait savoir, lundi à Alger, que l’étude sur le site archéologique « Kalaa […]

Exposition sur l’œuvre de Youssef Chahine à la cinémathèque de Paris

Exposition sur l’œuvre de Youssef Chahine à la cinémathèque de Paris

A l’occasion du dixième anniversaire de la disparition du cinéaste égyptien Youssef Chahine, la cinémathèque propose une exposition consacrée aux […]

Tizi-Ouzou : lancement des activités de célébration de Yennayer 2969

Tizi-Ouzou : lancement des activités de célébration de Yennayer 2969

Le coup d’envoi des activités célébrant Yennayer 2969, coïncidant avec le premier anniversaire de la consécration de cette journée comme […]

Interview : Mokrane Maameri, auteur de voyage autour de soi

Interview : Mokrane Maameri, auteur de voyage autour de soi

Interview : Mokrane Maameri, auteur de voyage autour de soi. « Mon rapport avec la réalité me concerne jusqu’au plus haut degré, j’avoue […]

Inline