Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l’Algérie postindépendance

Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l’Algérie postindépendance

 « Alger, capitale de la révolution : de Fanon aux Blacks Panthers » et le titre d’un livre témoignage de la journaliste américaine Elaine Mokhtefi dans lequel elle raconte, en tant qu’actrice, une des périodes fastes de l’Algérie postindépendance.

Publié par La Fabrique Editions, ce nouveau livre de 279 pages sur cette séquence de l’histoire récente de l’Algérie, qui suscite l’intérêt de beaucoup de chercheurs, historiens et militants des mouvements révolutionnaires, raconte d’abord la trajectoire d’une jeune militante américaine qui découvre la cause algérienne, dans son processus de décolonisation, et l’épouse pour participer ensuite à l’édification de la nouvelle République.

C’est à partir de Paris, « une ville du Nord arrosée par des pluies quotidiennes » que cette newyorkaise découvre « une sous-classe et une sous-culture de travailleurs algériens immigrés (qui) engageaient la ville et le pays dans une bataille existentielle pour la reconnaissance et la liberté ».

Les manifestations des travailleurs du 1er mai 1952 lui ont fait « l’effet lumière » puisqu’elle a été « littéralement percutée par la réalité » des Algériens qui défilaient sans lancer de slogans, ni porter des drapeaux ou de banderoles parce que le syndicat CGT (Confédération générale du travail) avait « voulu empêcher toute réclamation d’indépendance d’Algérie ».

Quatorze mois après, elle a été témoin des balles assassines contre les Algériens, lors de la manifestation du 14 juillet 1953 à Paris, qui revendiquaient l’indépendance de leur pays. La police française avait tué sept d’entre eux et blessés des centaines.

Son militantisme pour les causes justes l’a plongé dans le contexte des turbulences vécues à l’époque par le continent africain, dont elle voyait que la décolonisation était « une des questions primordiales » de l’après-guerre (1939-1945).

Mais le plus attrayant du récit de cette militante, issue d’une famille juive de la classe ouvrière américaine que le destin fait qu’elle se marie avec Omar Mokhtefi (décédé en 2015), un ancien moudjahid, reste la période 1962-1974 où elle a vécu en Algérie.

Cette femme, qui s’était engagée à « mille pour cent » pour l’indépendance de l’Algérie, a rejoint Alger en octobre 1962 au même moment que les représentants des mouvements révolutionnaires notamment africains. Après avoir travaillé quelques mois à l’Office national algérien de tourisme, elle fut transférée à la présidence de la jeune République algérienne pour rejoindre le bureau de presse et d’information, sous la responsabilité de Cherif Guellal, qui deviendra six mois après ambassadeur à Washington.

Elle témoigne de l’engouement des étrangers, qui ont soutenu la guerre de libération, pour venir aider cette Algérie indépendante.

« Je n’étais pas seule, a-t-elle dit. Plusieurs milliers d’étrangers, des partisans de l’Algérie indépendante, étaient arrivés de France, de Tunisie, du Maroc au cours des premiers mois » de l’indépendance.

Elle raconte également qu’elle a été encore transférée en 1964 au secrétariat d’Etat au niveau du palais du Gouvernement après la venue d’un nouveau directeur du cabinet présidentiel, mais elle a préféré rejoindre l’agence algérienne de presse Algérie Presse Service (APS) pour travailler au Desk anglais, puis en 1968 elle est entrée à la Radio-Télévision algérienne (RTA) où elle dirigeait trois émissions consacrées aux événements nationaux et internationaux.

Son récit est une mine d’or sur une période où il y avait en Algérie un bouillonnement dans tous les secteurs où les responsables algériens de l’époque, avec l’aide des compétences étrangères, constituaient les architectes de l’Etat moderne algérien.

Ses rencontres avec les grandes figures de l’époque, comme Ahmed Ben Bella, Fidel Castro, Eldridge Cleaver des Black Panthers, Mohammed Sahnoun, Mohammed Bedjaoui, Mohamed Seddik Benyahia, Frantz Fanon et les mouvements révolutionnaires, allaient la projeter dans une intense activité où elle était prise dans le tourbillon des événements nationaux et internationaux.

Son récit de ce vécu algérien, qui incite à une lecture d’un trait, témoigne de l’effervescence des luttes anticoloniales pour un nouvel ordre international plus juste offrant aux peuples les plus démunis une vie meilleure.

APS

advert

No comments yet.

Leave a Reply

CAN 2019 : 29e ans après, l’Algérie est en finale

CAN 2019 : 29e ans après, l’Algérie est en finale

JAVIER SORIANO VIA GETTY IMAGES La sélection nationale  de football s’est brillamment qualifiée pour la finale de la Coupe d’Afrique […]

Espagne : ouverture à Valence d’un centre dédié au patrimoine culturel algérien

Espagne : ouverture à Valence d’un centre dédié au patrimoine culturel algérien

ALGER – « Dar El Djazaïr », un nouveau centre de droit espagnol au service de la promotion du patrimoine culturel algérien […]

Pétrole: l’EIA table sur une nouvelle baisse de l’offre OPEP en 2020

Pétrole: l’EIA table sur une nouvelle baisse de l’offre OPEP en 2020

WASHINGTON – L’offre OPEP diminuera davantage en 2020 sous l’effet d’une baisse attendue des extractions en Arabie Saoudite et du […]

CAN-2019 (quarts de finale): l’Algérie dans le dernier carré

CAN-2019 (quarts de finale): l’Algérie dans le dernier carré

SUEZ (Egypte) – La sélection algérienne de football s’est qualifiée en demi-finale de la Coupe d’Afrique des nations (CAN-2019), en […]

Inline